Blog.

Le Japon, le roi du plastique

Tweet

26/10/2018

Des carottes sous trois couches de plastique, des pommes emballées à l’unité, une brique de lait entourée de cellophane. Les Japonais apprécient l’utilisation du plastique. Que ce soit pour un but commercial, pour l’hygiène ou pour éviter que le produit ne s’abime: le plastique est omniprésent.

Malgré un tri sélectif drastique et sérieux, le Japon rejette chaque année près de 9,64 millions de tonnes de plastique1.

 

Problème d’hygiène, marketing et tradition

Une des raison à cette surconsommation de plastique vient d’une attirance des Japonais vers la propreté. L’hygiène est très importante au Japon. Vous devez vous déchausser avant d’entrer dans la maison, et changer de pantoufle pour vous rendre dans la salle de bain. Cette attirance pour l’hygiène se voit partout. Une personne qui touche un légume va y déposer ses microbes, cela est évité grâce à une couche de plastique qui va entourer le produit.

Malheureusement, cette hygiène est souvent poussée à l’extrême. Il n’est pas rare de trouver des briques de lait, vendu à l’unité, et entourées d’un film plastique. Peut-être une façon d’éviter l’ouverture du produit par un client.

 

L’utilisation du plastique a quelque fois un simple but commercial. Il permet d’y afficher des informations sur les produits ainsi que des arguments commerciaux. 

 

Aussi, le peuple Japonais aime offrir. Il est courant d’offrir des cadeaux pour son sensei, ou pour faire plaisir à sa famille. C’est pour cela que le packaging doit être présent, propre et adapté au produit. L’emballage fait parti du cadeau. Si un produit possède plusieurs couches d’emballages c’est principalement pour le protéger des dangers extérieurs : cela veut donc dire qu’il a de la valeur2.

 

Le plus surprenant se trouve dans ces petites supérettes présentes à tous les coins de rue : les konbini. Les vendeurs vous donneront un sac en plastique pour y placer votre paquet de chewing-gum. C’est pour cela que je me suis empressé d’apprendre la phrase magique : 袋は結構です ou, "Bukuro wa kekko desu", qui veut dire “Je n’ai pas besoin de sac, merci”. Cette phrase me sert quasiment tous les jours aujourd’hui.

 

 

Un tri performant

On nous parle depuis plusieurs années du 7ème continent de plastique formé dans l’océan Pacifique. Le résultat de 60 ans de déchets que les courants ont rassemblés. Le gouvernement Japonais est conscient de l’immense consommation de plastique que le pays fait preuve et a mis en place en 1997 un système de tri strict. De nombreux centres de recyclage ont ouvert un peu partout sur l’archipel.

 

Pour arriver à ce niveau de tri, tous les lieux publics sont équipés de plusieurs poubelles. Une pour canettes, une pour bouteilles en plastique, une pour déchets combustibles (papier) et une pour déchets incombustibles. De nombreux particuliers commencent petit à petit à adopter ce mode de vie.

Heureusement, les Japonais sont un peuple civilisé. Ce qui fait d’eux des gens : qui respectent les consignes de tri et qui donc ne jettent quasiment pas leur déchet dans la rue. C’est d’ailleurs quelque chose qui m’a marqué au Japon. Pas un papier par terre, aucun chew gum à l’horizon et des mégots quasiment inexistants.

 

Un village donne l’exemple du tri, c’est Kamikatsu sur l’île de Shikoku. 1700 habitants ont pour obligation de venir trier leur déchet dans une déchèterie. Actuellement 80% des déchets y sont recyclés, avec un objectif à 0 déchets pour 2020.

 

 

…mais pas suffisant

Seulement 1/5 de la production annuelle de plastique est recyclée. Ce qui est très peu. Le reste est vendu à des pays comme la Chine, la Thaïlande, ou utilisé comme combustible dans l’industrie, pour produire de l’électricité ou de la chaleur.

Il n’existe aucune réglementation concernant l’utilisation du plastique au Japon. Certes, des pénalités peuvent être octroyées aux compagnies, mais elles sont bien peu dissuasives vis à vis des enjeux.

 

En comparaison, l’état Français à interdit l’utilisation des sacs plastiques à usage unique depuis janvier 2017 dans les grandes surfaces3. Et le mercredi 24 octobre dernier, le parlement Européen a adopté un texte visant à interdire tous les plastiques à usage unique tels que les cotons tiges, pailles, couverts, touillettes, et assiettes4.

 

 


 

1 https://www.straitstimes.com/asia/east-asia/recycling-plastic-in-packaging-obsessed-japan-style

2 https://www.abc.net.au/radio/programs/correspondentsreport/passion-for-packaging-%E2%80%93-why-does-japan-use-so-much-plastic/9803404

3 https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/fin-des-sacs-plastique

4 http://www.lefigaro.fr/conso/2018/10/24/20010-20181024ARTFIG00004-plastique-un-texte-visant-a-reduire-la-pollution-marine-soumis-ce-mercredi-aux-eurodeputes.php