Blog.

La notion d'obligation sociale au Japon - Giri 義理

Tweet

17/11/2018

Les Japonais sont connus à travers le monde pour leur politesse, obéissance et discrétion. Ils sont souvent montrés en exemple en France lorsque l’on parle d’éducation ou de savoir vivre. Ces caractères qui font la réputation des Japonais font parti d’un principe social appelé le giri 義理.

 

La source

Le principe du giri pourrait se traduire par “obligation” ou “devoir”. 

Au Japon, le jour de la St Valentin, les femmes offrent une boite d’assortiments de plusieurs chocolats à leurs collègues masculins qu’elles apprécient. Ce cadeau s’appelle le giri-choko 義理チョコ.

 

Le 14 mars ou appelé “le Jour blanc”, les hommes qui ont reçu un cadeau doivent offrir à leur tour une boite de chocolat en remerciement.

 

 

Un devoir social

 

Plus qu’un simple échange de cadeau le jour de la St Valentin, le giri est présent dans tous les pans de la vie sociale Japonaise.

 

Un des principes du giri est le fait que lorsque l’on reçoit quelque chose, on doit offrir en retour quelque chose de valeur égale. Cela permet de créer une balance dans les relations.

 

Ce principe d’obligation sociale serait même pour certain un pilier vital de la bonne forme de la société. Comme si les bonnes actions qui ne vous ont pas été rendu allaient l'être ultérieurement. 

 

 

L’atmosphère qui règne à travers ce principe est que toutes les bonnes actions et services rendus sont équilibrés constamment.

 

Cette obligation ou ce devoir de rendre le service reçu peut plonger les gens dans un excès d’obligation. Vous pouvez arriver à un point où vous allez noter qui vous avez invité et à qui vous avez offert un cadeau afin d’avoir une vue d’ensemble sur vos relations et leur fiabilité. 

 

Dès la naissance les Japonais auront des obligations vis à vis de leur empereur. Ensuite, en grandissant, ils auront des obligations envers leurs parents, leurs professeurs. Puis après envers leurs supérieurs. Cependant ces obligations sont pleines d’honneur, de reconnaissance et d’affection.

 

J’admire cette culture qui déborde de respect envers autrui, qui tente d'instaurer un équilibre social et qui prends le temps de remercier les anciens et de les honorer. Ce respect est présent quotidiennement, même s’il peut parfois paraitre sur-joué pour les occidentaux, il a une part très importante dans le bon déroulement des relations.

 

C’est cette reconnaissance qui est aussi à la base des classes sociales Japonaises. Respectez une personne plus âgée que vous est primodial. C’est une façon pour les enfants de remercier leurs parents pour les sacrifices qu’ils ont pu faire dans leur vie pour le bien être de leur enfant.

 

 

Les dérives

Le principe du Giri peut être poussé encore plus loin et être à l’origine de tragiques évènements.

Á partir du XIIè siècle certains samouraïs Japonais vont se suicider en utilisant la technique du hara-kiri comme une manière de racheter leurs fautes, ou pour se laver d’un échec1.

 

Durant la 2nd Guerre Mondiale, plus de 5.000 bombardiers Japonais2 ont eu pour mission de s’écraser sur les navires Américains. Cet acte de sacrifice était par “devoir social” envers la société, l’armée et l’empereur.

 

Dans un contexte plus actuel, de nombreux employés se suicident chaque années pour avoir commis une faute professionnelle, comme faire perdre une somme considérable d’argent à leur entreprise. C’est une façon pour eux de s’excuser du déshonneur qu’ils ont apporté à leurs collègues.

 

 


 

 

http://www.kichigai.com/giri.htm

http://aikido.argenteuil.over-blog.com/article-le-sens-du-service-et-de-la-courtoisie-au-japon-persistance-du-giri-118220730.html

1 https://fr.wikipedia.org/wiki/Hara-kiri

2 https://fr.wikipedia.org/wiki/Kamikaze